Page
                    d'entrée
Musée
Pays de Retz
Plan du site
courrier-renseignements
                    pratiques
La bouillie aux barbeaux
(histoire en patois présentée en 1987
à l’exposition «Langage et Traditions en Pays de Retz,contée par Mathurine PAGOT).

    Y avait à Pornic, oh y a-t’i longtemps d’ça, une petite boutique d’épicerie, pas bin loin d’où qu’all’est la Mairerie asteure. La bonne femme qui la tenait avait un grand dadais de fi qui mangeait core de la bouillie à s’n’âge; il avait bin dans les douze ans !
    Quante les p’tites filles a sortaient d’l’école, a zallaient aj’ter des pastilles à la menthe ou bin des acides. Mais comme ça s’trouvait souvent dans l’moment qu ‘la marchande atait à faire la bouillie pour son gas, ça la fesait dire son compte:

- Sapristi de p’tites bougresses, vous allez d’ête cause que ma bouillie a va core rimer. Espérez un p’tit que j’la finisse.
- Bin dépêchez-vous, on n’a pas l’temps...
    Plusieurs fois don, all’ avait d’mandé aux filles de la remplacer à brasser la bouillie pour pas qu’a brûle, à temps de peser les saprés bonbons. Les filles s’en fesaient un jeu, vous pensez bin !
    V’la qu’un jour une gamine dit aux autres:
- J’ai deux sous, on va aller aj ‘ter des bonbons chez la mère Titine.
- Oui, mais a va core nous d ‘mander de brasser sa bouillie.
- Faudrait lui mette quequ ‘chose dedans pour l’attraper.
- Dame oui, mais moi j’ai rin; qu’est-ce qu’on pourrait don lui mette ?
    Et chacune de fouiller dans sa poche.
- Moi j’ai des barbeaux, dit enfin l’une des p’tites bougresses.
- Oh, c’est ça ! Ou va les mette dans la castrole !
    Et qui fut dit fut fait. Les bonbons pesés, les filles donnèrent leurs sous et partirent à s’en aller. Mais une plus maline s’avait cachée derrière les sacs et les autes affaires qu’étaient dans quielle boutique. Au bout d’un p’tit temps, la v’la qui s’ensauve en étouffant d’rire.
    Vite les autes filles lui d’mandèrent:
- Quoi qu’i gn’a eu ? —Qui qu’all’a dit ?
- Qui qu’il a fait ?
- Oh dame, si vous saviez ! Oh le rire ! Oh j’étouffe !
- Bin dis-nous don !
- I disait... i disait comme ça-oh ! j’en pisse !—i disait comme ça: «Ça croque, Minmin, ça croque...». Et pis sa mère a disait: «C’est du suque mon fi, c’est du suque !».
- Comment qu’i disait ?
    Et la gamine racontait de r’tour ça qu’all’avait entendu; et ces sacrées p’tites bougresses a z ‘en ont-elles ri longtemps.

 (1) barbeaux: hannetons

Retour au Patois


 
Liens
Visite du Musée
Facebook
Association
Patois - Traditions - Documents
Expositions-Animations
Visite du Pays de Retz
Facebook