Page
                    d'entrée
Musée
Pays de Retz
Plan du site
courrier-renseignements
                    pratiques
Translation: English      Traducción: Español     Übersetzung: Deutch
La bourrine
 

    Intérieur paysan (fin XlXème siècle)

    La demeure paysanne ancestrale du Pays de Retz est une maison basse aux murs de pierre, au toit en tiges de botte. En général elle ne comporte qu’une vaste et unique pièce au sol de terre battue. De longues poutres apparentes soutiennent une simple couche de larges voliges supportant la tuile.
    Sur l’un des pignons, la cheminée dresse sa vaste hotte qui affiche le vieux fusil à piston, ou un long chapelet à grosses perles de bois. Sur sa tablette s’alignent crucifix, bouquet de fleurs séchées, images pieuses, chandeliers.
    Un rideau à petits carreaux rouges cache à peine le jambon, et les chapelets de boudins et de saucisses qui se parfument aux maigres volutes de fumée qui montent du foyer large et bas.
    Les meubles se sont accotés au long des murs, mais ne touchaient pas à ces murs lits, armoire, buffet vaisselier, pendule comtoise.
    De part et d’autre de la cheminée c’est un lit à rouleau et un lit à quenouille gonflés de ballines et d’édredons; leurs rideaux aux tons autrefois vifs tentent de garantir un peu d’intimité aux dormeurs de cette salle commune. Juché sur de hautes pattes, le lit à quenouille a pris pour marche un long coffre où sont rangés quelques habits; c’est aussi un siège qui permet de se réchauffer les jambes au feu de sarment (en pays de vignoble) ou de bouzats (dans le marais).
    Près de la porte la pendule égrène son tic-tac au rythme de reflets alternants de son balancier de cuivre.
    A l’autre bout de la pièce la grande armoire à fiches, couronnée de la fleur d’oranger de la mariée tient compagnie au buffet vaisselier qui étale ses rangées d’assiettes au décor floral polychrome, ou illustrées des premiers balbutiements des bandes dessinées: ce sont là des cadeaux de noces de tante Amélie, ou du cousin Léon.
    Une longue table soulignée de deux bancs trône au milieu de la pièce. Elle porte encore la soupière que bonhomme, assis au bout du banc, de retour des champs vient de vider: une chaude soupe de choux verts qu’il a accompagnée d’un morceau de lard et d’une épaisse tranche de pain de ménage. Il a descendu la miche du pannetier (ou pénassier) qui oscille au dessus de lui et l’a juste entamée.
    Le repas est fini, et maintenant il fume sa pipe allumée à la chandelle de résine. Près de la cheminée, bonne femme tire de sa quenouille le fil qui s’enroule sur son fuseau.


Et si on apprenait à marcher au petit?

 
Une bourrine du marais

 
Liens
Visite du Musée
Facebook
Association
Patois - Traditions - Documents
Expositions-Animations
Visite du Pays de Retz
Facebook